Emmanuel Macron élabore une douzaine de projets autour technologie et du digital

Les arguments d’Emmanuel Macron pour le soutien de sa campagne à la présidence de la France n’intègrent pas les aspects sociaux. Ses ambitions se concentrent en effet sur des points relatifs au développement de la filière digitale et technologique dans l’Hexagone. Il cherche en premier lieu raccommoder la rupture digitale en déployant une couverture à très haut débit sur l’intégralité des contrées françaises. La démarche inclura également le développement d’associations, d’entités collectivités et de chaînes d’assistances autour du territoire. Ces structures vont offrir des aides et des encadrements sur les matériels et les prestations digitales.
Emmanuel Macron veut entamer le basculement des entreprises en faveur du digital, en visant des enseignes de toutes envergures. Il entend éradiquer l’usage des téléphones intelligents dans l’enceinte des établissements scolaires, et surtout dans le cadre de l’enseignement général. Il souhaiterait également permettre aux Français de réaliser l’intégralité de leurs procédures administratives sur la toile.
Emmanuel Macron place de grandes ambitions dans la numérisation des services de santé en développant la filière de la médecine à distance et du digital pour ce domaine. Il entend encourager la mise en œuvre de la citoyenneté en multipliant les activités numériques à valeur démocratique. Il veut également ériger la transparence autour des ressources digitales. Cela implique la création d’une structure de conservation librement accessible et réutilisable pour ces contenus.
Sur le plan de l’économie, la politique d’Emmanuel Macron compte introduire un investissement de 5 milliards d’Euros pour le développement de jeunes entreprises à forte croissance orientées vers le numérique. Sa stratégie vise également à réguler les grandes structures digitales en Europe pour garantir l’équité et la préservation des droits des usagers.
Emmanuel Macron entant stimuler la créativité française en développant l’intelligence artificielle dans la politique de la nation et en adoptant un appareil fiscal pour favoriser les subventions autour de l’innovation. Il souhaiterait renégocier le schéma de préservation des ressources numériques dans le cadre du ‘bouclier d’intimité’ instauré en collaboration avec les autorités américaines. Il entend également améliorer la fiscalisation des entités majeures du web. Pour cela, il va instaurer une taxation spéciale pour tous les chiffres d’affaires obtenues à partir des opérations numériques dans l’Hexagone. Ce projet vise également à éradiquer toute forme de compromis fiscal entre les autorités étatiques et les grandes compagnies mondiales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *